Norman Robert, Directeur de l'Ensemble vocal DivertisSon

Mot du Directeur

Mot de Norman Robert,  Directeur musical

Avec l’Ensemble Vocal DivertisSon, je veux créer une nouvelle façon d’aborder l’offre chorale. Les choristes de 2015 n’ont plus les mêmes aspirations, les mêmes disponibilités, les mêmes exigences, ni de surcroît les mêmes besoins d’appartenance que les choristes d’il y a 10 ou 20 ans. La seule chose de pareil, c’est l’amour de chanter, de créer des harmonies de groupe et de se sentir fier de soi quand on chante ou que l’on passe à travers une œuvre difficile qui offre des défis musicaux ou d’interprétation. Ce qui peut très bien se faire en chorale virtuelle comme l’a démontré Éric Whitacre avec ses Virtual Choirs.

Pourquoi alors former un nouveau groupe choral ? Les chorales virtuelles sont cool en ce qu’elles sont des projets uniques, mais elles sont plus le résultat d’un travail d’éditeur sonore et du résultat voulu par le chef que du travail des chanteurs. Je pense qu’il y a toujours de la place pour les vraies rencontres chaleureuses où l’ont peut tous montrer le fruit de notre travail individuel et de créer un son, des harmonies ensemble et de se sentir transformé soir après soir par la musique que l’on crée ensemble. De présenter des performances au public qui s’est déplacé pour nous voir et nous entendre, des performances dont on est fier et qui laissent planer derrière elles des émotions et du bonheur.

L’Église Unie St-James, dans le quartier des spectacles, s’est proposée à nous comme lieu de répétition et comme ce lieu embrasse la même philosophie que nous, à savoir son ouverture à l’autre quel que soit son âge, son orientation sexuelle ou ses origines culturelles et linguistiques, c’est le match parfait.

13892134_1102181033180722_933168509269113896_nNotre premier but c’est de chanter. On arrive tous et chacun avec notre voix. Y’en a qui en ont une ! Y’en a qui la cherche ! Moi je veux une chorale où ceux qui chantent peuvent chanter et ne pas toujours se retenir et où ceux qui cherchent peuvent trouver. On veut donner les moyens techniques et physiques à ceux qui veulent s’améliorer ou trouver leur voix de le faire et d’offrir des opportunités à ceux qui savent chanter de le faire, en chœur, bien certainement, mais aussi, pourquoi pas, en solo, en petit ensemble – trio, quatuor, etc.

Tout le monde est occupé à Noël (décembre) et avant les vacances d’été (mai et juin). On veut essayer de créer des occasions de présenter nos concerts événements en dehors de ces temps forts de l’année. Ça ne veut pas dire qu’on exclut ces périodes, mais on ne force pas la note pour tenir nos activités dans ces moments.

« Dans cet esprit, on veut aussi avoir un répertoire de base que tous les choristes ont appris et maintiennent à flot en plus du répertoire des concerts évènements. » Comme ça, si une occasion se présente on peut en quelques heures mettre en place une prestation. Un mariage, des funérailles, un concert corporatif, une conférence de presse… De plus, on reste ouvert à toutes les opportunités corporatives sur mesure ou à des cérémonies qui demandent un répertoire spécial.

On ne se met pas de pression dans nos événements autoproduits sur le fait d’avoir de la danse, de la chorégraphie, de la mise en scène, ou autres choses… Ce qui sera artistiquement adéquat et nécessaire sera inclus et on se donnera le temps et les moyens d’être à la hauteur dans ce qui aura été décidé ensemble. S’il y a des chorégraphies, y’aura un chorégraphe pro. qui viendra prêter main-forte, etc.

Aussi, aujourd’hui, un groupe amateur compétitionne avec les pros. Le public qui se déplace et paye pour voir un spectacle s’attend à voir quelque chose de « hot ». La barre est plus haute qu’avant ! Faut sortir du stéréotype « chorale » de « mononcle et de matante » ! Il faut être super bon, dynamique et tendre vers le professionnalisme. Ça, ça demande du travail et d’être bien accompagné dans ce travail.

« Tout chanter de la même façon, pas pour moi ! »

norman-robert-action2

Norman Robert, Directeur de l’Ensemble vocal DivertisSon

On va entendre des chorales où les chansons de Céline Dion sonnent pareil à un extrait de comédie musicale ou encore comme le Panis Angélicus. Pour moi, c’est important que chaque pièce trouve sa juste interprétation, son style, son expression stylistique. J’aime aussi porter une attention particulière à la prononciation et aux niveaux de langages. C’est un respect que l’on doit au public et aux belles langues que l’on aborde.

Pour finir, j’ai eu ma dose d’être sur scène et d’être en avant, DivertisSon pour moi ça a à voir avec les choristes, les personnes qui choisissent de mettre leur voix ensembles ! C’est eux que je veux mettre en avant et c’est à eux que je veux offrir mon expertise et mes connaissances pour qu’ils s’expriment et s’exaltent comme moi j’en ai eu la chance en carrière.

Norman Robert, mini bio…

Norman RobertAprès une formation en éducation et en théologie, une dizaine d’années à enseigner à l’école secondaire, Norman Robert a entamé une carrière de chanteur lyrique. Il a entre autres fait partie de la comédie musicale « Les Misérables » et « Jeanne La Pucelle » à Montréal et de la comédie musicale « Da Vinci » à Paris. Interprète de talent et pédagogue passionné, Norman a toujours eu à cœur la direction chorale. Fort de sa propre expérience chorale, dont les chœurs de l’OSM, il a depuis des années consacrées une bonne partie de ses activités à la direction artistique et musicale de différents ensembles vocaux. En parallèle, il a été directeur de différents départements à MusiquePlus, Directeur des productions Select TV qui ont produit différents spectacles en direct pour la télé (Paul McCartney, Placido Domingo, Sting, etc.) et est présentement à la direction de la programmation de la chaîne Planète +, une des chaînes les plus populaires du Groupe Canal + France, pour sa diffusion au Canada.